N°335 – Le bonheur

Le bonheur.
C’est tout simplement le mot, le sentiment qui peut résumer deux journées passées dans les locaux de Connect Institute à Agadir.
D’abord en naviguant dans le flot de connaissances partagées par Driss Khrouz pour situer la place de la culture en amont de tout développement.

Continuer la lecture N°335 – Le bonheur

N°334 – MAHIR Center et Connect Institute en exemple dans le rapport CSMD

Le rapport de la Commission Spéciale du Modèle de Développement constate que 30% seulement des élèves marocains sont capables de lire et d’écrire.
Par ailleurs, ce rapport mentionne MAHIR Center et Connect Institute comme exemples d’inspiration pour l’accompagnement de la jeunesse.

Continuer la lecture N°334 – MAHIR Center et Connect Institute en exemple dans le rapport CSMD

N°333 – Une semaine dans l’écosystème Connect Institute

Une semaine ordinaire dans l’écosystème de Connect Institute.
Organiser le premier sondage délibératif au Maroc avec l’université américaine de Stanford.
Produire de la musique de qualité avec des maîtres d’Ahwach de Tata et de Gnawa, un architecte bluesman juif marocain, un guitariste congolais, un trompettiste professionnel …

Continuer la lecture N°333 – Une semaine dans l’écosystème Connect Institute

Voir Imilchil et pleurer !

La légende veut qu’au Nord d’Imilchil, distants de quelques kilomètres, les deux lacs, Isli et Tislit, sont remplis d’eau provenant des larmes de tristesse de deux amoureux empêchés de vivre pleinement leur relation amoureuse.

J’ai toujours souhaité visiter Imilchil. Cette bourgade nichée dans le haut Atlas, hors des circuits convenus. Mes nombreux périples dans ce pays ne m’y avaient jamais conduit. Cette fois a été la bonne.

Continuer la lecture Voir Imilchil et pleurer !

N°332 – Lire. Pourquoi faire ?

Lire. Pourquoi faire ?
Plus de 160 millions de livres ont été écrits depuis des milliers d’années. Pour qui ? Pourquoi ?
Est-ce que la lecture sert pour l’employabilité, l’entrepreneuriat et l’insertion professionnelle ? Pour créer sa Start-up ? Est-ce que ça rapporte de l’argent ?

Continuer la lecture N°332 – Lire. Pourquoi faire ?

N°331 – Il suffit d’un clic

“Il suffit d’un clic.” C’est l’expression utilisée de nos jours dans les publicités pour divers produits et services.
Commander une pizza ? Il suffit d’un clic.
Acheter un abonnement Internet ? Il suffit d’un clic.
Mais ce qui est vrai pour la consommation et le commerce est aussi vrai dans la vie quotidienne.

Continuer la lecture N°331 – Il suffit d’un clic

N°330 – l’illettrisme, une menace contre le développement

La pandémie du COVID offre beaucoup de leçons à méditer.

Au début, l’opinion publique, pas seulement au Maroc, ne comprenait pas les mesures prises contre le virus. Tout simplement parce qu’on ne voyait pas le mal.

Dès que le virus a commencé à toucher nos proches, nous devenions plus lucides. 

Continuer la lecture N°330 – l’illettrisme, une menace contre le développement

Illettrisme, de quoi es-tu le nom ?

L’illettrisme ?
La définition la plus commune est l’incapacité de déchiffrer un texte simple.
Mais si on veut être plus précis, un illettré est quelqu’un qui, bien qu’ayant été scolarisé, est incapable de maîtriser la lecture et/ou l’écriture d’un texte simple.

L’illettrisme est un mal qui existe dans tous les pays du monde, même les plus développés. Mais comme pour le chômage, le problème n’est pas que le mal existe mais son ampleur, ses conséquences et les remèdes que l’on déploie pour l’affronter.

Continuer la lecture Illettrisme, de quoi es-tu le nom ?

N°329 – Quatre. Sept. Quatre.

C’est le nom de code de notre méthode d’accompagnement des jeunes. Une méthode construite progressivement avec les jeunes marocains pour les jeunes marocains.

4 compétences primordiales : Esprit Critique, Collaboration, Communication, Créativité.

Continuer la lecture N°329 – Quatre. Sept. Quatre.

Deux Mohamed, un film et un livre

Une balade dominicale dans l’arrière pays montagneux d’Agadir m’a conduit à deux rencontres impromptues. Ils se prénomment tous les deux Mohamed et vivent encore dans des villages séparés situés à 40 km de la ville et qui se vident d’année en année. Le premier Mohamed a 15 ans. Le second est âgé de 93 ans, né en 1928, tient-il à me préciser.
Tous deux m’ont parlé spontanément. Sincèrement.

Continuer la lecture Deux Mohamed, un film et un livre